Retour à la page Céramologie

La céramique dans les sociétés anciennes
production, distribution, usages

Présentation des thèmes de recherche

 
Isabelle Algrain
 
Ce projet porte sur l’étude d’une forme de vase à parfum qui s’est diffusée dans le bassin oriental de la Méditerranée au VIIe siècle ACN : l’alabastre. Il vise plus particulièrement à déterminer les spécificités de l’alabastre attique, notamment par l’établissement d’une chronotypologie, en opposant celui-ci aux autres alabastres produits dans le bassin méditerranéen et aux alabastres de type corinthien dont la forme est totalement différente. Ce projet entend aussi lever certains lieux communs attachés depuis longtemps à cette forme, en particulier au niveau de ses différents usages.
 
Collaboration
 
Etude de la céramique grecque géométrique, archaïque et classique provenant des fouilles d’Itanos, Crète orientale (fouilles CReA en collaboration avec l’Ecole française d’Athènes)
 

 
Laurent Bavay
 
Le site de Deir el-Medina (Louqsor) a abrité, durant le Nouvel Empire (1550-1050 av. J.-C.), la communauté des artisans chargés de préparer les tombes royales de la nécropole thébaine. La céramique provenant des fouilles menées par l'Ifao entre 1922 et 1951, étudiée en relation avec les nombreuses sources écrites découvertes sur le site (bordereaux de livraison de poterie, étiquettes de jarre, etc.), permet d'identifier et de définir plusieurs types d'organisation de la production et différents réseaux de distribution de la poterie, d'étudier la place des producteurs dans la structure de la société, d'envisager la relation entre la fonction des vases et leurs usages (productions spécifiques à un usage funéraire, transformation de récipients domestiques dans le cadre des rituels liés aux funérailles, etc.).
 
Collaboration
 
Institut français d'archéologie orientale au Caire
 
Publications
 
  • Bavay L., 2006. Les amphores d'un anachorète copte de la montagne thébaine. Cahiers de la Céramique égyptienne 8 : 11 p.
  • Bavay L., 2004. Deir el-Medina. Bulletin de Liaison du Groupe International d'Étude de la Céramique Égyptienne 22 : 69-73
  • Bavay L., 2004. Du tesson à l'histoire économique. Perspectives nouvelles sur la céramique du Nouvel Empire à Deir el-Medina. Égypte. Afrique et Orient 35 : 21-30
  • Bavay L., Bovot J.-L., Lavigne O., 2000. La céramique romaine tardive et byzantine de Tanis. Prospection archéologique sur le Tell Sân el-Hagar. Cahiers de la Céramique égyptienne 6 : 39-75
  • Bavay L., Marchand S., Tallet P., 2000. Les jarres inscrites du Nouvel Empire retrouvées à Deir el-Medina. Cahiers de la Céramique égyptienne 6 : 77-89

 
Thomas Brisart
 
Ce projet entend aborder le phénomène de l'orientalisation de l'artisanat grec sous un angle nouveau, en l'envisageant non seulement comme une phase de l'histoire de l'art mais aussi comme un fait social. Il s'agit, au départ d'un cas particulier, celui de la production artisanale crétoise du VIIe s. (la céramique principalement, mais aussi les terres cuites et les œuvres en bronze et en pierre), de poser deux questions : tout d'abord comment ce phénomène se produit-il et quels types de liens, culturels ou économiques, dénote-il ? (Comment les influences orientales atteignent la Crète : proviennent-elles directement du Levant, d'Égypte et de Chypre, ou bien est-ce que d'autres régions, grecques, servent d'intermédiaire ? Ces influences sont-elles suscitées par l'import de marchandises, par la circulation de personnes telles que les artisans ?). Par ailleurs, il s'agit de mieux comprendre les raisons du phénomène orientalisant en Crète. L'étude de différents ateliers, de la diffusion et de l'usage de leurs produits permettra d’envisager quel était le statut de l'objet orientalisant au sein de la société crétoise. L’enjeu est de démontrer l’importance de ce statut dans le processus de tansformation stylistique, notamment en insistant sur le rôle de la demande que l'utilisateur a pu exercer sur le producteur.
 


Arianna Esposito (bourse post-doc ARC 2006)
 
Le but de ce projet est d’explorer la variation des modèles d’interactions entre les Grecs et les sociétés indigènes. J’étudie dans cette perspective le cas du Golfe de Tarente, en Italie méridionale à l’époque archaïque. On considère l’utilisation et la distribution de la céramique grecque, comment elle a été employée par les colons, quand et comment elle a été adoptée et imitée par les sociétés indigènes de l’arrière-pays de Sybaris, de Métaponte et de Tarente. J’examine les manières selon lesquelles les Grecs se sont intégrés dans des contextes indigènes existants, et comment ils ont contribué à en créer de nouveaux. Ce genre de questionnement permet d’aborder la question de l’archéologie des premiers contacts. Ce qui est en cause dans l’analyse archéologique d’un tel phénomène c’est tout autant le modèle de la colonisation lui-même que l’absence, au sein de la discipline, du cadre théorique qui permettrait d’analyser les contacts selon des catégories autres que celle de la « colonisation ». Dès lors, la signification de la césure entre les deux phénomènes, « pré- et protocolonial » et « colonial », se trouve posée en termes non plus de continuité chronologique mais de diversité structurelle. Ce projet entend donc aborder le phénomène de la première phase de la « colonisation » grecque sous un angle nouveau, en l’envisageant non seulement comme une phase de l’histoire mais aussi comme un fait social.
 
Collaborations
 
Membre de l’UMR 7041 ArScAn Archéologies et Sciences de l’Antiquité CNRS (dir. A.-G. Guimier-Sorbets) Publication de la céramique du site de Moio della Civitella (Italie), en collaboration avec l’Ecole Française de Rome et le Centre Jean Bérard de Naples Collaboration avec le Séminaire d’Archéologie de l’Universidad Pablo de Olavide, Séville (Espagne)
 
Publications
 
  • Arianna Esposito, « La costruzione dello spazio nel racconto mitico : il caso della hydria Vivenzio di Nola », in I. Colpo, I. Favaretto, F. Ghedini (éd.), Iconografia 2001, Studi sull’immagine, Atti della tavola rotonda, Padova 30-31 maggio, 1 giugno 2001, Antenor – Quaderni I, Padoue 2002, pp. 213-224.
  • Arianna Esposito, Marta Pedrina, « Autour du Naiskos », in B. Schmaltz, M. Soldner, Griechische Keramik im kulturellen kontext, Akten den Internationalen Vasen-Symposion in Kiel 24. bis. 28. September 2001, Scriptorium, Münster 2003, pp. 182-185.
  • Arianna Esposito, « The distribution, use and meaning of Greek pottery in southern Italy », Round Table Acts in honour of Herman A.G. Brijder, Amsterdam 20 to 22 January 2006 (forthcoming).


Cécile Jubier-Galinier (Bourse post-doc ARC 2004-2005)
 
À partir de l'étude globale des objets, de la prise en compte des données internes (formes, techniques, styles, décorations secondaires, iconographies) et externes (diffusions, usages en contexte funéraire, religieux, domestique, etc.), il s'agit non seulement de mieux comprendre l'organisation et l'évolution des ateliers de céramiques du monde grec, mais également de mesurer la véritable place de l'objet dans la société (grecque ou non grecque) qui l'utilise, ce qui signifie notamment évaluer la demande qui émane de l'usager, quel qu''il soit, et la capacité des artisans à répondre, à provoquer ou à renouveler ce besoin. Ainsi, au-delà d'une première étape technique qui consiste à classer, dater, reconstituer les ateliers en identifiant des savoir-faire spécifiques, la démarche s'inscrit dans une recherche historique à la fois sociale, culturelle et économique qui vise, à partir de la documentation archéologique et littéraire, à redéfinir, par exemple, la nature des relations établies entre Grecs et Indigènes au tournant de l'Archaïsme et du Classicisme et à appréhender le rôle des artisans en Grèce ancienne.
 
Dans cette perspective, divers cas de figures sont plus particulièrement approfondis :
  • L'atelier des peintres de Sappho et de Diosphos
  • Le mobilier attique des VIe et Ve siècles des tombes et des sanctuaires de Paestum et de sa région sous la direction de mesdames A. Pontrandolfo (PR Université de Salerne) et M. Cipriani (Conservateur Musée de Paestum).
 
Publications
 
  • Jubier-Galinier C., Laurens A.-F., 1998. De la diversité des ateliers de céramique attique à la fin de l'archaïsme : essai de mise au point. TOPOI, Orient-Occident 8/2 : 731-748.
  • Jubier-Galinier C., 1999. Les peintres de Sappho et de Diosphos, structure d'atelier. In : Céramique et peinture grecques, Modes d'Emploi. Collection « Rencontres de l'Ecole du Louvre », éd. la Documentation Française. Paris : 181-186.
  • Jubier C., Coulié A., 2003. Céramiques thasiennes et contexte colonial. In : B. Schmaltz et M. Söldner (dir.). Griechische Keramik im kulturellen Kontext. Actes du colloque de Kiel 24-28 sept. 2001. éd. Scriptorium, Munster : 195-200 .
  • Jubier, C., 2003. La diffusion des productions de l'atelier des peintres de Diosphos et de Haimon. In : Le vase grec et ses destins . Biering & Brinkmann, Munich : 79-89.


Sandrine Marquié
 
Ce projet porte sur l’économie et les usages de la table de la région du lac Mariout (Egypte), depuis l’époque augustéenne jusqu’au IVe s. de notre ère, à partir de l’étude des sites portuaires d’Alexandrie, de Maréa et de Taposiris. Ces villes étaient des lieux privilégiés d’échanges de biens venus de l’ensemble du bassin méditerranéen et de redistribution vers l’arrière-pays. C’est par le biais de la sigillée, vaisselle de table d’époque romaine par excellence, que nous aborderons ce thème. Elle est, en effet, produite en masse dans différents ateliers du bassin méditerranéen et, par conséquent, est omniprésente sur les sites de consommation de l’Empire romain aux Ier et IIe s. de notre ère. En l’état actuel de la recherche tout porte à croire que plusieurs productions disparaissent aux IIIe et IVe s. de notre ère. Par l’étude du matériel inédit de ces trois sites, il s’agit donc d’apporter de nouvelles données sur l’histoire économique de l’Egypte à l’époque romaine en mettant l’accent sur les spécificités régionales qui modèlent les systèmes de production et d’échanges. Enfin, en nous penchant sur les besoins et les goûts de clientèles spécifiques, c’est aussi une histoire des usages de la table que nous esquisserons, replacée dans un contexte de consommation le plus large possible.
 
Collaborations
 
  • Centre d’Etudes Alexandrines (dir. J.-Y. Empereur)
  • Maison de l’Orient et de la Méditerranée, J. Pouilloux
  • Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire
  • Institut Français du Proche-Orient
 
Publications
 
  • M.-F. Boussac, S. Marquié : « Taposiris et le lac Mariout », Villes maritimes et lacustres. Les contraintes de l’environnement, Actes du colloque international de a Société Française d’Archéologie Classique, 2006, 30 p. (remis en 2006).
  • S. Marquié, « Etude préliminaire de la céramique de wadi Sikait », in : S. E. Sidebotham (dir.), Report of the 2003 Excavations at Wadi Sikait (Eastern Desert), chapter 7, 18 p. (remis en 2005).
  • S. Marquié, J.-C. Sourisseau : « Les amphores égyptiennes d’époque hellénistique et romaine à Kition, Amathonte et Potamia - Agios Sozomenos (Chypre) », Cahiers de la Céramique Egyptienne 9, Amphores d'Égypte de la basse époque à l'époque arabe, 12 p. (remis en 2004).
  • S. Marquié, « Les amphores trouvées dans le wadi Natroun sur les sites de Beni Salama et de Bir Hooker », Cahiers de la Céramique Egyptienne 9, Amphores d'Égypte de la basse époque à l'époque arabe, 41 p. (remis en 2004).
  • S. Marquié, M. Vichy, J.-C. Sourisseau et M. Picon, « Des amphores de Mélos à Chypre et l’alun chypriotev», in : Ph. Borgard et M. Picon (dir.), L’alun de Méditerranée, Actes du colloque international, Naples, 4-6 juin 2003, Collection du Centre Jean Bérard, Naples/Aix-en-Provence, 2005, p. 201-210.
  • S. Marquié, « Un dépotoir d’époque flavienne à Kition-Kathari (Chypre) », in : J. Eiring et J. Lund (dir.), Transport amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean, colloque international (Athènes, septembre 2002), Monographs of the Danish Institute at Athens, vol. 5, Aarhus, 2004, p. 251-262.
  • S. Marquié, « Un lot de céramiques de la première moitié du IIIe siècle de notre ère dans le secteur I », in : V. Karageorghis (dir.), Excavations at Kition, The Phoenician and later levels VI, part II, Appendix VIII, Nicosia. 2003, p. 387-404, pl. 26-33.
  • S. Marquié, « La circulation des sigillées d’époque impériale au sud de Chypre », in : F. Blondé, P. Ballet, J.-F. Salles (dir.) Céramiques hellénistiques et romaines. Productions et diffusion en Méditerranée orientale (Chypre, Égypte et côte syro-palestinienne), Actes du colloque de la Maison de l’Orient Méditerranéen (Lyon, 2-4 mars 2000), TMO 35, Paris, 2002, p. 289-301.
  • S. Marquié, « Les sigillées de la côte méridionale de Chypre aux époques hellénistique et romaine », Cahier du Centre d’Études Chypriotes 31, 2001, p. 83-98.


Rodrigo Martín Galán
 
Mon étude se centre sur deux sites d’époque hellénistique situés dans le territoire de l’Empire Séleucide : Tell Beydar, en Haute Mésopotamie, et Apamée sur l’Oronte en Syrie Occidentale. Dans le premier je compte continuer l’étude du palais fouillé par l’équipe que je dirige, et dans le deuxième je suis en charge de l’étude de la céramique des niveaux hellénistiques et du haut-empire jusqu’au début du IIe s. d. n.e.

Les problèmes que nous trouvons à l’heure d’étudier la céramique hellénistique en Syrie sont multiples : nous ne connaissons pas les centres de fabrication de la plupart des productions locales, ni leur évolution morphologique, ni l’évolution de leurs aires de distribution. Bien que la terre sigillée ne présente pas ces inconvénients et elle est très utile pour la datation, elle ne pénètre pas en quantités importantes dans la région de la Haute Mésopotamie pendant l’époque hellénistique. Quant à l’une des productions orientales plus importantes de vaisselle de table, la céramique à glaçure verte, nous ne connaissons pas les centres de fabrication, et la date de son apparition en Haute Mésopotamie n’est pas encore établie. Quant aux différentes vaisselles de table caractérisées par des engobes rouges, bruns et noirs, qui déploient un important répertoire de formes grecques, nous trouvons les mêmes problèmes.

Avant de pouvoir avoir une vision claire des réseaux de distribution et leur évolution chronologique, nous devons encore avoir une classification taxonomique la plus complète possible, et arriver à établir de façon claire l’évolution morphologique des productions ainsi que l’évolution de leur distribution géographique au long de l’époque étudiée.

Afin de pouvoir avancer dans le remplissage de ces lacunes je propose les pas suivants :
 
  • Approfondir l’étude des pièces provenant de Tell Beydar et comparer cet ensemble avec des autres provenant aussi de la Haute Mésopotamie.
  • Étudier à fond la céramique apparue dans des contextes stratigraphiques clairs dans les sondages effectués à Apamée, et utiliser les résultats de cette étude lors du traitement de la céramique apparue sur le site dans des contextes plus difficiles de situer dans la séquence stratigraphique générale de la ville.
  • Vu la difficulté que l’on trouve à l’heure d’insérer les résultats de l’étude céramologique dans un cadre plus large, régional et supra régional à cause de la rareté des publications des contextes bien stratifiés, je me propose de créer un groupe Yahoo consacré à la céramique hellénistique dans lequel seront invités à participer les différents spécialistes, son nom : terra_hellenistica. Le but de cette initiative est de créer un forum permanent de débat dans lequel les chercheurs puissent être au courrant des résultats des travaux de leurs collègues. Ce forum peut aussi être utile pour obtenir l’information, laquelle, avec la permission des chercheurs qui la fournissent, pourrait être utilisée pour la publication finale.
 
Collaborations
 
Membre de European Centre for Upper Mesopotamian Studies. Directeur de l’équipe espagnol au sein de la mission européenne de Tell Beydar en charge de l’étude des niveaux d’époque hellénistique du site.
  • 2003 Avec A. Othman. “Ethnology and Archaeology. Two case stories.” Subartu X, pags. 507-512. Brepols publishers. European Centre for Upper Mesopotamian Studies (ed.) Turnhout (Bélgica).
  • 2003 Avec V. Verardi “Chantier E : Fosse d’époque hellénistique” Subartu X, págs. 521-525. Brepols publishers. European Centre for Upper Mesopotamian Studies (ed.) Turnhout (Bélgica).
  • 2005 “L’établissement d’époque séleuco-parthe à Tell Beydar et son importante dans le contexte de la Haute Mésopotamie héllenistique”. En Tell Beydar/Nabada. Une cité du Bronze ancien en Jezire Syrienne: 10 ans de travaux (1992 – 2002). Págs. 51 – 60. Direction Générale des Antiquités et Musées. Damas.


Alma Rosa Lopez Paneca (doctorante ARC)
 
Ce projet étudie les interactions entre les importations de céramique grecque et la société ibère de Catalogne, entre le VIe et le IVe s. av. J.-C. L'étude du matériel grec découvert en contexte ibérique permettra d'une part d'établir des distinctions au sein des sites d'accueil par rapport aux types d'échanges pratiqués avec les produits grecs – en fonction de la typologie des vases, des contextes de découverte et des usages possibles – et, d'autre part, d'envisager les différentes modalités de fonctionnement de ces échanges en Ibérie. Les résultats obtenus couplés à une analyse critique de la terminologie habituellement associée au phénomène de commercialisation de la céramique grecque à l'étranger (« colonisation », « acculturation » ou encore « hellénisation »), nous permettront en outre d'aborder la problématique des comportements et des réponses indigènes face aux apports de céramique grecque en Ibérie.
 


Georges Raepsaet (Professeur, co-promoteur de l’ARC)
 
La diffusion et commercialisation des céramiques fines et des terres cuites figurées reposent à l'époque impériale romaine sur une infrastructure technique et commerciale élaborée. La prise en charge du matériel céramique au départ de l'atelier et sa distribution dans l'Empire reposent sur une catégorie spécialisée de négociants : les negotiatores artis cretariae ou negotiatores cretarii . C'est cette catégorie de négociants et leur productions que nous étudions dans le cadre de l'ARC. Pour ce faire, on prendra en compte les monuments funéraires inscrits qu'ils ont fait ériger et qui dénotent une certaine aisance matérielle, mais aussi une certaine reconnaisance dans la société, notamment au travers de leurs collegia ou corporationes . Par ailleurs, l'établissement d'une cartographie de leurs activités par le "pistage" des céramiques signées pourra démontrer leur réelle maîtrise de l'espace et leur compétence dans la gestion technique du transport.
 
Publications
 
  • Raepsaet G., 1987. Aspects de l'organisation du commerce de la céramique sigillée dans le Nord de la Gaule au IIe siècle de notre ère. I. Les données matérielles. In : Münstersche Beiträge zur antiken Handelsgeschichte VI, 2 : 1-29.
  • Raepsaet G., Charlier M.-Th., 1988. Aspects de l'organisation du commerce de la céramiquesigillée dans le Nord de la Gaule au IIe siècle de notre ère. II. Négociants et transporteurs. La géographie des activités commerciales. In : Münstersche Beiträge zur antiken Handelsgeschichte VII, 2 : 45-69.
  • Raepsaet G., 1994. Du tesson à l'histoire. Recherches récentes de céramologie antique. L'Antiquité Classique 63 : 315-324.
  • Raepsaet G., 2002. Productions et produits, artisanats et techniques, économie et transports. Développements récents.L'Antiquité Classique LXXI : 205-220.
  • Raepsaet G., 2002. Attelages et techniques de transport dans le monde gréco-romain. Bruxelles.
 


Susana Sarti (chercheur associé)
 
Une partie de la recherche porte sur la céramique attique à figures noires de la collection Campana, conservée au Musée Archéologique de Florence. L'étude porte tout particulièrement sur l'organisation de la production de Groupe de Léagros, qui présente des particularités tant du point de vue des choix iconographiques que des formes de vases. Ce groupe, fut "crée" par J.D.Beazley ; qui soulignait déjà les difficultés à parvenir à une classification de la production attique à figures noires de la fin du VIe siècle.
 
Un autre volet de la recherche concerne l'histoire des collections et examine la collection Campana, qui y joua un rôle important. Les vases de la collection Campana, aujourd'hui dispersés à travers de nombreux musées d'Europe (Hermitage à St Petresburg, plusieurs musées en France et en Italie, en Belgique, en Suisse) occupent une place importante dans l'histoire du goût non seulement à cause de leur grande quantité mais aussi par les différentes classes de céramiques rassemblées, dont certaines à l'époque étaient encore considérées comme negligeables, tels que les milliers de vases à vernis noir (ex. bucchero). Un petit nombre de vases de la Collection Campana sont conservés aujourd'hui aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles : 75 objets, parmi lesquels on compte de la céramique commune, du vernis noir, du bucchero, de l'italiote et de l'étrusco-corinthien, mais aussi deux chef-d'œuvres de la céramique attique à figures rouges, un kanthare signé Douris et un stamnos signé Smikros.
 
On s'intéresse également à l'iconographie et, plus particulièrement à l'iconographie musicale en Grèce et en Italie du Sud. L'iconographie d'Apollon musicien est liée à l'étude des instruments de musique et au rôle de la musique dans la société antique. La comparaison entre l'iconographie musicale grecque et italiote permet de distinguer les similitudes mais aussi les différences. Par ailleurs, l'étude de motifs iconographiques peut également aider notre compréhension de l'organisation des ateliers de pottiers dans le monde grec.
 


Athéna Tsingarida (Chargée de cours, co-promoteur de l’ARC)
 
  • Les modes de transmission des savoirs artisanaux céramiques à travers l'étude de thèmes iconographiques originaux, développés au sein de certains ateliers de potiers attiques à la fin de l'époque archaïque.
  • Production, distribution et usages des vases grecs. Dans le cadre de l'ARC, on s'intéresse plus particulièrement à la production et aux usages des phiales grecques en terre-cuite (VIIe-IVe s. av. J.-Chr.). Combinant l'analyse des formes et des décors, on cherche à identifier les ateliers de potiers qui produisent ce type de vase dans le monde grec. L'examen des contextes de découverte, des réseaux de distribution et de l'iconographie, devra aider à comprendre les divers usages de cette forme rare, à fonction rituelle. Par ailleurs, l'étude de la phiale, version en terre-cuite d'un modèle métallique d'origine orientale, permet d'aborder des questions d'interactions et de pratiques culturelles.
  • Etude du matériel céramique géométrique, archaïque et classique des fouilles d'Itanos (Crète orientale).
  • Etude du matériel céramique archaïque et classique du site de Kastro à Siphnos (Cyclades). Fouillé et publié en partie par la British School of Athens en 1949, la documentation (dessins et photos) du matériel est complétée et l'étude est mise à jour afin de préciser les différentes productions céramiques présentes sur le site et identifier les productions locales.
 
Publications
 
  • Malagardis N., Tsingarida A., sous presse. Les gobelets mastoïdes. Musée du Louvre . Corpus Vasorum Antiquorum France, Musée du Louvre . De Boccard, Paris : 120 p.
  • Tsingarida A., 2003. Les premières productions du cratère en calice: contenu et usages d'une forme nouvelle. In : Le vase grec et ses destins . Biering & Brinkmann, Munich : 99-110.
  • Tsingarida A., 2003. Des offrandes pour l'éternité: les vases de la "Tombe Sotadès" à Athènes. In : ibid. Biering & Brinkmann, Munich : 67-74.
  • Tsingarida A., Jubier-Galinier C., Laurens A.-F. Les ateliers de potiers en Attique. De l'idée à l'objet. In : ibid. Biering & Brinkmann, Munich : 27-44.
  • Tsingarida A., 2001. Soif d'émotions. Le rendu de l'expression dans la céramique attique de l'époque archaïque et classique. Revue Belge de Philologie et d'Histoire 79 : 5-30.


Agnès Vokaer (chargée de recherches FNRS)
 
Ce projet porte sur l'économie de la Province de Syrie, de l'époque romaine à l'époque omeyyade. Il s'attache plus précisément à caractériser les systèmes de production et d'échange des céramiques communes et culinaires. La démarche se fonde sur une analyse typologique et sur une analyse technique du matériel céramique. Le point de départ de la recherche repose sur la céramique d'Apamée, centre administratif et militaire de la Syrie depuis les Séleucides. Cette double approche vise à caractériser l'ensemble de la production des céramiques depuis la manufacture jusqu'à la commercialisation. Les contextes de production et de consommation seront ensuite abordés dans une perspective géographique où les modes d'approvisionnement des villes et campagnes seront comparés.
 
Publications
 
  • Vokaer A., 2005. Typological and Technological study of Brittle Ware in Syria. In : Gurt i Esparraguera J.M., Buxeda i Garrigos J., Cau Ontiveros M.A. (éd.), LRCW1. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry (BAR, International Series 1340). Archaeopress, Oxford : 697-709 .
  • Vokaer A., sous presse. Brittle Ware in Syria, 5th-8th c. A.D. In : 38th Spring Symposium of Byzantine Studies. Byzantine Trade (4th-12th c.) : recent archaeological work (St John's College, Oxford, 27-29 mars 2004).
  • Vokaer A., sous presse. La Brittle Ware byzantine et omeyyade en Syrie du nord » in LRCW2. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry (BAR, International Series). Archaeopress, Oxford.


Nadine Warzée (Chargée de cours) et Patrick Dunham (doctorant ARC)
 
  • Acquisition de modèles 3D Afin d'acquérir la géométrie d'un objet archéologique et de la stocker sous forme numérique, le SLN dispose d'un scanner 3D FastSCAN™, précis, portable et facile d'emploi. Afin d'ajouter les informations colorimétriques à la géométrie de l'objet scanné, nous cherchons à concevoir un système automatisé permettant d'appliquer des photographies des fragments en tant que texture sur les modèles virtuels.
  • Détermination de l'axe de rotation et du profil Il s'agit d'apporter une aide au dessinateur en fournissant de manière automatique l'orientation du fragment et l'extraction de son profil par ordinateur. Cela permet par la suite de réaliser des tests d'assemblages automatiques et de restitution de la poterie complète ou partielle.
  • Restitution et reconstitution de formes complètes Une méthode de génération de la forme complète d'une poterie consiste à extrapoler les informations d'un fragment, par rotation autour de l'axe précédemment calculé. Il s'agit toutefois d'une démarche essentiellement illustrative, cette restitution n'ayant que peu de valeur scientifique. La reconstruction d'une poterie à partir de ses fragments peut être proposée à partir de tests d'assemblages sur les profils des fragments, pour passer ensuite aux tests d'assemblage des modèles tridimensionnels.
  • Calcul des capacités La capacité des récipients est un descripteur qui n'a que très peu été utilisé dans le cas de matériels fragmentaires. Il est envisagé de développer des techniques permettant de fournir une approximation du volume d'une poterie et de les valider sur des reconstructions virtuelles.
  • Classification des fragments Le projet vise à exploiter les techniques de reconnaissance de formes 2D et de spécialiser leur utilisation dans le cadre de fragments archéologiques, dans le but d'automatiser les différentes étapes suivies par les archéologues pour caractériser un fragment. Par ailleurs, en exploitant cette classification, il serait possible de séparer les associations qui n'auraient aucune raison d'être et d'améliorer ainsi la sélection des fragments susceptibles de s'assembler.
 
Publications
 
  • Laugerotte C., Anagnostopoulos P., Dierkens A., Warzée N., 2004. Virtual 3D reconstruction of a roodscreen from its archaeological fragments. In : Proceedings of CAA 2003 : The E-way into the Four Dimensions of Cultural Heritage. BAR International Series 1227 : 500-504.
  • Laugerotte C., Warzée N., 2004. An environment for the analysis and reconstruction of archaeological objects. In : 5th International Symposium on Virtual Reality, Archaeology and Cultural Heritage Eurographics Symposium Proceedings (VAST 2004) : 165-174.
  • Laugerotte C., Warzée N., 2004. 3D orientation of archaeological fragments coming from a Gothic spire. In : 5th International Symposium on Virtual Reality, Archaeology and Cultural Heritage Eurographics Symposium Proceedings (VAST 2004) : 175-183.
  • Laugerotte C., Warzée N., à paraître. Computerised geometric analysis of a spire coming from a Gothic tabernacle. In : Proceedings of CAA 2004.

 

Haut de la page