Retour à l'archéologie préventive

Boitsfort-Étangs

Le site fortifié Michelsberg de Boitsfort-Étangs, à Watermael-Boitsfort, a fait l’objet de fouilles préventives visant à explorer une parcelle menacée par les travaux liés au chantier RER sur la ligne ferroviaire Namur-Schaerbeek.
Le site fortifié, connu depuis le XIXe siècle, appartient à la culture Michelsberg du Néolithique moyen (5050-2450 B.C. Cal.). Il s’agit d’un plateau délimité par une succession de levées de terre et de fossés, situé en forêt de Soignes. Le site a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouille dès le début du XXe siècle et d’un relevé micro-topographique en 2004. Les anciennes fouilles ont principalement porté sur les structures défensives du site, encore bien visibles dans le paysage. En dehors de ses impressionnantes fortifications, l’intérêt du site réside principalement dans l’exceptionnel état de conservation des sols, propre à la forêt de Soignes. Le camp fortifié de Boitsfort-étangs a par ailleurs été classé comme site archéologique en 2002.

À l’heure actuelle, une seule structure a pu être attribuée à l’occupation néolithique, mais la fouille a permis de confirmer l’excellent état de conservation des anciens horizons de surface. Le mobilier lithique et céramique récolté dans ces derniers indique une occupation de l’intérieur de la fortification au Néolithique moyen. En outre, le relevé micro-topographique de l’éperon barré a été complété. Un examen attentif des reliefs marqués sur le plan a permis d’observer une levée de terre et un fossé supplémentaires au niveau du mur de barrage, alors qu’au nord-est les fortifications ont presque entièrement disparu sous les aménagements du chemin de fer et du parc Tournai-Solvay.