Muséologie

Une part importante de la recherche en muséologie au CReA-Patrimoine est menée en synergie avec le Réseau des Musées de l’ULB.

Créé en 2003, le Réseau des Musées de l’ULB fédère 12 musées de l’Université, répartis sur quatre campus bruxellois (Auderghem, Érasme, Plaine, Solbosch) et deux sites wallons (Charleroi-Parentville, Treignes). À ces musées, il faut ajouter des collections universitaires comme la cartothèque géographique ou les moulages de la Société d’archéologie classique et byzantine de l’ULB, entre autres.

Parmi les activités communes, la publication d’ouvrages et l’organisation d’expositions valorisant le patrimoine universitaire constituent autant d’occasions de mener des recherches sur le patrimoine de l’ULB, trop longtemps négligé.

Aquarelles d’ascidies des carnets du baron Marc de Sélys LongchampsAinsi, la participation au projet Dessiner-Tracer de l’Association des Conservateurs de Musées du Nord Pas-de-Calais – Musénor et, plus particulièrement, au programme d’expositions temporaires présentées dans les musées partenaires constitue une excellente opportunité de recherche. En effet, si la préparation de l’exposition Insoupçonnables beautés de la recherche. Le dessin dans les collections de l’ULB (présentée du 13 janvier au 11 mars 2012 à la Salle Allende à Bruxelles) induit des apports liés aux trois missions de l’université — recherche, enseignement et diffusion des connaissances au service de la société —, c’est surtout en termes de recherche qu’elle est bénéfique.
Cette exposition constitue avant tout une occasion unique de dresser un inventaire le plus exhaustif possible du patrimoine dessiné (et, à sa suite, imprimé et peint) des collections de l’ULB. Une fois les pièces localisées et listées, leur étude et leur exploitation scientifique est bien entendu un préalable indispensable à la mise en musique de l’exposition. La participation active des musées au projet contribue donc à la préservation, à l’étude et à la valorisation des collections de dessins de l’Université.
En amont, les pièces étudiées sont, en grande majorité, issues de travaux de recherche menés par divers enseignants et chercheurs de l’Université libre de Bruxelles. Elles incarnent autant de témoins de leurs travaux pratiques et autant d’illustrations de ceux-ci. Les aquarelles d’ascidies des carnets du baron Marc de Sélys Longchamps conservés dans les archives du Muséum de Zoologie et d’Anthropologie en sont un bon exemple. Le dessin occupe aussi une place centrale dans la pratique de l’archéologie et l’exposition en présente les diverses facettes à travers les travaux des chercheurs du CReA-Patrimoine.
Elle permet également de valoriser des collaborations existantes entre l'ULB et certaines collections non universitaires. Ainsi, l’étude stylistique et l’analyse technique des cartons de vitraux de l’église Saint-Boniface d’Ixelles à Bruxelles réalisés par Gustave Ladon (1863-1942) et Arthur Verhaegen (1847-1917) ont été réalisées par deux diplômées en Histoire de l’Art et Archéologie de l’ULB, Sandra Salamone et Hélène Lecocq, en collaboration avec une consœur de l’Université catholique de Louvain, Diane de Crombrughe, à la demande de la Fabrique d’église.
Afin de faire progresser les recherches en matière de patrimoine universitaire, de tels projets permettent réellement d’améliorer la gestion des collections et donc les aspects administratifs et scientifiques liés à la sauvegarde, la gestion et la valorisation du riche patrimoine matériel universitaire qu’elles constituent. Il s’agit d’une entreprise de longue haleine, difficile à mener sans personnel et sans moyens spécifiques. Et un tel projet à moyen terme est motivant.

La problématique des musées et collections universitaires, commune à nombre d’universités de par le monde, est plus que jamais d’actualité à l’ULB, où le déménagement proche de nombre de départements va indubitablement en amener d’aucuns à retrouver des collections oubliées, à hésiter quant à la nécessité de les conserver ou non, de les étudier ou non, voire à devoir décider de s’en séparer…

 



Pour en savoir plus :

Contact

Nathalie Nyst

 

Haut de la page