Patrimoine

Depuis 2009, le centre regroupe les études dans le domaine du patrimoine au sein de l’Université libre de Bruxelles et se positionne comme l’interlocuteur privilégié dans ces matières à l’égard des pouvoirs publics et des collectivités. Les études patrimoniales au sein du CReA-Patrimoine sont menées tant dans le domaine de la recherche fondamentale que sur le terrain ; leur caractéristique propre est précisément de faire  le lien entre la recherche et les compétences pratiques dans les domaines de la technologie, de la conservation-restauration et de la muséologie.


La recherche s’articule sur trois axes principaux :

  • Technologie des arts plastiques

En archéologie, les recherches sont axées sur la céramologie, tant pour les mondes anciens (Athéna Tsingarida (monde grec), Agnès Vokaer (monde romain et médiéval) que sur l’ethnologie de la céramique africaine (Olivier Gosselain). Dans ce cadre, de nombreuses collaborations ont été initiées avec des laboratoires et des Instituts de recherche à l’étranger (INSTAP, American School of Classical Studies at Athens).
Dans le domaine de la sculpture, un programme de recherche est ouvert depuis 2005 (Sébastien Clerbois, en collaboration avec Martina Droth, Yale) sur les matériaux et techniques de la sculpture, incluant l’histoire des techniques et la sociologie des pratiques, mais aussi l’utilisation des techniques physico-chimiques appliquées à l’étude de la sculpture. Pour les périodes anciennes, le programme inclut l’archéométallurgie, sous les auspices du groupe de contact du FNRS Arts et techniques métallurgiques pré-industriels, étude et conservation (Sébastien Clerbois Président, Patrick Hoffshummer (ULg, Secrétaire).
En peinture, le Centre de technologie des arts plastiques (CRETAP, Valentine Henderiks) mène plusieurs projets interdisciplinaires en collaboration avec le Centre d’étude des Primitifs flamands à l’Institut royal du Patrimoine artistique (KIK-IRPA) depuis 2009. Il s’agit de projets de recherches et d’expertises principalement consacrés à la peinture des anciens Pays-Bas au XVe et au début du XVIe siècle, centrés sur l’étude stylistique et technique avec l’aide des méthodes d’examens de laboratoire. C’est pourquoi, ils associent la cellule imagerie scientifique, les ateliers de conservation-restauration et les laboratoires de l’Institut.

  • Conservation-restauration et muséologie du patrimoine scientifique et universitaire

Des projets de recherche et d’enseignement sont mis en œuvre avec les ateliers de conservation-restauration d’Oeuvres d’art de l’École nationale supérieure des Arts visuels de La Cambre, notamment au travers de la Finalité Musées et conservation du Patrimoine entre les deux institutions. Ainsi, grâce au fonds Marie-Antoinette Van Huele, le CReA-Patrimoine (Sébastien Clerbois-Valentine Henderiks) travaille spécifiquement sur la conservation-restauration, l’étude et la mise en valeur patrimoniale de la collection des moulages didactiques de la fondation archéologique de l’ULB (2015-2018), en partenariat avec l’atelier de restauration de sculptures de l’ENSAV-La Cambre (Marianne Decroly-Rodolphe Lambert). Le CReA-Patrimoine travaille également sur la conservation et la valorisation du patrimoine didactique en archéologie (Nicolas Paridaens) dans un projet qui vise à reconstituer et valoriser les fonds archéologiques de l’ancien Musée d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’ULB d’une part et la Fondation Universitaire d’autre part. Aussi, le CReA-Patrimoine (Laurent Bavay, Nicolas Paridaens) mène depuis plusieurs années une politique de mise en dépôt des collections archéologiques anciennes de l’Université (fonds R. Tefnin, fonds P.-P. Bonenfant…) auprès des administrations et institutions publiques partenaires (Service public de Wallonie, Région de Bruxelles-Capitale, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Musée du Malgré-Tout à Treignes, Musée communal de Nivelles).

La réflexion sur la muséographie et la conservation du patrimoine scientifique et universitaire est également menée par le Réseau des Musées de l’ULB au sein duquel le CReA-Patrimoine est représenté. Ce réseau rassemble tous les acteurs en charge du patrimoine au sein de la communauté universitaire, et associe le travail de terrain à une réflexion théorique générale, y compris en muséologie.

  • Conservation-restauration du patrimoine archéologique

Les fouilles nationales et internationales du CReA-Patrimoine accordent une attention particulière aux questions de conservation restauration, en collaboration avec les spécialistes du patrimoine, avec les restaurateurs de l’ENSAV-La Cambre et, en matière de métaux archéologiques, avec le laboratoire de restauration de la FAW (Fédération des archéologues de Wallonie et de Bruxelles, Letizia Nonne), lié par convention avec le CReA-Patrimoine.
Des travaux de conservation-restauration et de mise en valeur des sites archéologiques sont menés notamment à Thèbes,  à Pachacamac et à Itanos (en collaboration avec le Service des Monuments et Sites du Ministère grec de la culture, Dr E. Toumbakari et le Département de Conservation-Restauration du patrimoine archéologique et des œuvres d’art, Technological Institute of Athens –TEI, Dr St. Chlouveraki); en Belgique, les fouilles d’Aiseau-Presles ont bénéficié d’une gestion concertée du matériel métallique, depuis le prélèvement sur le terrain, passant par l’analyse archéométallurgique et la restauration, traitée par la FAW, jusqu’à la conservation sur le long terme. Dans ces matières, le CReA-Patrimoine et la FAW mènent également une recherche fondamentale, voir notamment Clerbois S. (dir.), La Conservation-restauration des métaux archéologiques (IPW, 2015).

 

 


 

Contacts

Sébastien Clerbois

 

Haut de la page