Retour aux programmes de recherches à l'étranger

Siphnos (Grèce)

Les Cyclades sont considérées depuis longtemps comme une région motrice du monde grec aux époques archaïque et classique. On s’accorde généralement sur le rôle important joué par l’ensemble de ces îles, situées au carrefour des routes maritimes qui mènent vers les côtes orientales de la Méditerranée, dans le développement artisanal, urbain, voire même politique, social et religieux (avec le sanctuaire de l’île de Délos) de la Grèce des cités. Alors que de nombreux travaux s’intéressent depuis longtemps aux îles de Paros, Naxos, Amorgos et Andros, et que des fouilles récentes ont mis à jour des sanctuaires de grande richesse dans des sites peu connus jusqu’ici, telles que celui de Mandra à Despotiko et de Kéa à Kithnos, Siphnos a été peu étudiée. L’île est pourtant connue et mentionnée par Hérodote pour ses mines d’argent qui lui ont assuré une certaine prospérité jusqu’à la fin du VIe siècle, alors que l’archéologie atteste l’existence d’au moins trois agglomérations, dont l’occupation remonte à l’époque géométrique et a localisé de nombreux sanctuaires extra-urbains, encore non fouillés. 

La recherche, organisée en collaboration avec Mme Zosi Papadopoulou, archéologue de l’Ephorie des Cyclades, responsable de Siphnos, vise à définir le rôle exact de l’île dans les réseaux d’échanges et dans la production artisanale des Cyclades, depuis l’époque géométrique jusqu’à la fin du Ve siècle. Le projet reprend l’étude du matériel céramique, mis au jour sur le site de Kastro, l’antique Siphnos, et partiellement publié par J.M. Brock et G.M. Young en 1949.

Les travaux déjà réalisés ont porté sur la céramique de Kastro, conservée dans les réserves et les salles du musée de Siphnos. L’étude de la céramique des époques géométrique, archaïque et classique du site devrait préciser l’évolution des importations dans l’île et identifier les productions locales. Le projet doit permettre de mettre en perspective le rôle de l’île dans un réseau de distribution régional (les Cyclades et le sanctuaire de Délos) et supra-régional (côtes de l’Asie Mineur, Crète, Rhodes...). Il a déjà été possible d’identifier et de caractériser une céramique locale, essentiellement composée de vaisselle de table et datée de la période archaïque et classique.

En haut : skyphos de la "classe de Siphnos", fin VIIe s. (Musée de Kastro).
En bas : Kotyle corinthienne, début VIIe s. (Musée de Kastro).

L’identification de cette production, dont l’origine siphnienne avait déjà été proposée par John Boardman dans son étude du site de Tocra en Libye, est importante pour deux raisons. D’une part, elle est diffusée sur un ensemble de sites en Mer Égée, puisqu’on la connaît à Thasos, en Crète et à Délos, et permettra donc de mieux comprendre les réseaux d’échanges entre l’île et le reste de la Méditerranée orientale. D’autre part, alors que Siphnos est mentionnée par Pline l’Ancien comme une région productrice d’une céramique appréciée par les anciens, on n’avait pas encore réussi à isoler ce matériel ni à préciser le statut de l’île en tant que centre producteur des Cyclades.

 



Contacts

Athéna Tsingarida

 

Haut de la page